Ouvrir

Historique

2016: nouvelle convention de collaboration intercommunale

Les huit Communes de l’Ouest lausannois viennent de renouveler leur engagement à concevoir ensemble leur avenir territorial et urbain. La convention qu’elles ont signée actualise et clarifie les rôles face à des enjeux majeurs. Elle est entrée en vigueur, le 1er juillet 2016, au moment où le groupe de pilotage de SDOL voit l’arrivée de quatre nouveaux syndics.

Le développement de l’Ouest lausannois s’appuie sur une nouvelle base claire et forte. Les huit Communes ont toutes signé une convention de collaboration qui précise et clarifie les rôles et les missions face aux défis intercommunaux liés au territoire. Bussigny, Chavannes-près-Renens, Crissier, Écublens, Prilly, Renens, St-Sulpice et Villars-Ste-Croix renouvellent ainsi leur engagement à concevoir, ensemble et en collaboration avec le Canton, les grands axes du développement territorial de la région et à accompagner leur mise en œuvre.

L’enjeu est de taille: avec près de 75’000 habitants et un potentiel de croissance important, l‘Ouest lausannois joue une partition essentielle dans la politique d’agglomération qui vise à freiner le mitage du territoire.

Une convention intercommunale, sous la forme d’un contrat de droit public, existait déjà depuis 2004. Mais de nombreux changements sont intervenus avec le développement de la politique d’agglomération, la création du Projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM), dont l’Ouest lausannois est aujourd’hui un des cinq secteurs, et l’évolution des structures régionales liées; la nouvelle convention prend ces changements en compte.

 

2016: nouveau nom

Elle institue également l’entité « Stratégie et développement de l’Ouest lausannois » (SDOL) et en définit la mission, les attributions, l’organisation et le financement. L’acronyme « SDOL », utilisé ces douze dernières années dans le même contexte, est donc conservé. Mais « SDOL » désigne maintenant une entité et non plus tantôt un document, tantôt une structure de collaboration.

Origine

Durant le dernier quart du XXe siècle, l’Ouest lausannois a connu une urbanisation rapide et dispersée qui a amené des problèmes de trafic et de pollution. Ces problèmes affectant directement la qualité de vie, ils risquaient de compromettre le développement social et économique de la région. Les différents acteurs politiques du territoire au niveau du Canton et des communes se sont donc réunis en novembre 2000 pour prendre des mesures adaptées.

A cette occasion, ils ont constitué un groupe de pilotage (Gropil) chargé de réfléchir à l’avenir de la région et de proposer des solutions en matière d’aménagement et de transport.

Mesures

Les premières mesures prises par ce groupe en novembre 2000 ont consisté en:

  • l’adoption d’une convention contenant notamment un moratoire sur les constructions génératrices de fort trafic;
  • le lancement d’une étude sur l’aménagement du territoire et l’ensemble du système de transports de la région.

En termes techniques, le moratoire engageait les Communes concernées à:

  • réexaminer leur PGA et y introduire, pour les zones d’activités, un indice de génération du trafic (IGT) limité à 500 mouvements de véhicules/jour/ha;
  • appliquer cet indice lors de l’établissement de nouveaux PPA ou PQ ;
  • refuser toute demande de modification d’un PPA ou PQ légalisé avant la convention et générant avec cette modification un trafic supérieur à 500 mouvements de véhicules/jour/ha;
  • refuser l’autorisation aux projets d’activités commerciales et de loisirs générant un trafic supérieur à 500 mouvements de véhicules/jour/ha (une liste de projets concernés et dispensés du respect de cette valeur figurait en annexe de la convention);

L’Etat de Vaud s’engageait, quant à lui, à entreprendre toutes les mesures nécessaires à l’amélioration du réseau autoroutier et à mettre à jour le plan de mesures relatif aux pollutions atmosphériques dans l’agglomération lausannoise, ainsi que le cadastre du bruit.

Convention et études

Initialement prévue pour un an, la convention de novembre 2000 a du être reconduite jusqu’au 15 avril 2003 afin de pouvoir étendre la première étude réalisée. La durée de cette convention a généré de nombreux désagréments, notamment en raison du moratoire sur les constructions qui l’accompagnait. Mais elle a été mise a profit pour effectuer un réflexion en profondeur sur l’ensemble des problématiques d’aménagement et de transport.

Volonté politique forte

La volonté des Communes et du Canton d’apporter ensemble une vision globale et structurante de l’avenir de l’Ouest lausannois a été la base de l’élaboration du Schéma directeur.

Publication du SDOL et début de sa mise en œuvre

Le Schéma directeur de l’Ouest lausannois a été publié en 2003. Un Bureau a ensuite été créé à Renens et une cheffe de projet mandatée à 50% pour mettre en œuvre les recommandations du SDOL. Ariane Widmer a ainsi organisé les premières études portant sur les «chantiers» du SDOL.

Entre fin 2004 et début 2005, deux conventions de collaboration ont été signées. La première lie entre elles les neuf communes signataires du SDOL et institue la commune de Renens comme représentante. Elle définit également les tâches du Bureau du SDOL. La seconde convention fixe la collaboration entre le groupement de communes et le Canton.

A cette occasion, la cellule de pilotage technique du SDOL est formellement instituée.

Le SDOL possède une valeur de contrat, les autorités signataires s’engageant à poursuivre les démarches visant les objectifs définis dans le document. Les études menées sur les chantiers du SDOL serviront de base à des révisions de plan de zone ou à des révisions partielles.

01 juillet 2016
Signature d’une convention intercommunale pour accompagner la stratégie de développement de l’Ouest lausannois et nouveau nom « Stratégie et développement de l’Ouest lausannois ».

22 novembre 2014
Coup d’envoi au programme ferroviaire Léman 2030 et à la rénovation complète de la gare de Renens.

Septembre 2014
Prolongement de la ligne tl 25 de Bourdonnette à Glycine via la gare de Renens – dernière étape du réseau tl 2014.

Février 2014
Le PALM 2012 (2ème génération) bénéficie d’un co-financement de 185 millions de francs de la Confédération.

2 juillet 2013
Inauguration du premier tronçon réaménagé de la route du Lac (RC1).

Août 2012
Mise en service des lignes tl 31 et 38, adaptation des lignes tl 32 et 33 et tpm 701 et 705 – 2ème étape du réseau tl 2014.

30 juin 2012
Mise en service de la halte RER de Prilly-Malley, signature du Schéma directeur intercommunal de Malley et envoi à la Confédération du Projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM), 2ème génération.

13 juin au 12 juillet 2012
Enquête publique du tramway t1 Renens-Gare – Lausanne-Flon.

2011
Prix Wakker aux Communes signataires du SDOL et parution du livre « L’Ouest pour horizon ».

Décembre 2009
Mise en service des lignes tl 17 et 36 – 1ère étape du réseau tl 2014.

Octobre 2009 à avril 2010
Adoption du plan directeur localisé (PDL) intercommunal de l’Arc-en-Ciel par les Communes de Crissier et de Bussigny ainsi que par le Conseil d’État.

Décembre 2008
Le PALM 2007 (1ère génération) bénéficie d’un co-financement de 165 millions de francs de la Confédération.

Février 2007
Signature du Projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM).

5 octobre 2005 à juin 2007
Adoptions des études générales des six chantiers d’études du SDOL : chantier 2 (10/05), chantier 5 (01/06), chantier 4 (05/06), chantier 3 (06/06), chantier 1 (02/07), chantier 6 / TP (06/07), chantier 6 / TIM secteur sud (06/07).

Novembre 2004 à mai 2005
Signature des Conventions de collaboration pour la mise en œuvre du Schéma directeur de l’Ouest lausannois et de collaboration relative au bureau du SDOL.

18 décembre 2003
Adoption du Schéma directeur de l’Ouest lausannois.

1er novembre 2003
Ouverture du bureau du Schéma directeur de l’Ouest lausannois à Renens.

20 novembre 2000
Moratoire et Convention entre Communes et Canton relative aux transports dans l’Ouest lausannois. Avenants en 2001 et 2002 : signature des Communes de Saint-Sulpice, Lausanne et Prilly.